On ne se construit jamais seule, ou l’importance du réseau